dimanche 25 janvier 2009

Jean Deloffre

jean deloffre


Jean Deloffre arrive au SCO Angers en 1965, reste 4 saisons, totalisant 148 matchs de championnat (52 buts) et 23 de Coupe de France (13 buts) puis s'en va à l'OGC Nice en 1969.

A son arrivée au SCO, il retrouve ses anciens co-équipiers du RC Lens : Michel Margottin et Michel Stiévenard. En Anjou, il habite avec deux autres célibataires de l'époque, Michel Margottin et Jean-Pierre Dogliani, sur la route de Cholet pas loin d'Angers.

Après des passages à Angoulême, Avignon et Paris Saint-Germain, il devient entraîneur-joueur du FC Grenoble en 1975. Il compte une unique sélection en équipe de France A, un match amical contre l'URSS en 1967.

samedi 24 janvier 2009

Patrick Brulez

patrick brulez


Patrick Brulez joue ses premiers matchs avec les pros du SCO Angers en 1972. Il reste 8 saisons au SCO, jusqu'en 1980, année de son départ vers d'autres cieux, le FC Tours. Patrick a joué un total de 257 matchs de championnat (4 buts) et 34 de Coupe de France (1 but) pour le grand club angevin.

Juste apès avoir signé avec le SCO une licence amateurs, le Choletais fait son service militaire au Bataillon de Joinville en compagnie d'un autre grand scoïste, un certain Marc Berdoll. Durant son séjour sous les couleurs, il a l'honneur d'être sélectionné en équipe de France militaire.

Lors de la saison 1972-73, Roger Fiévet est blessé et le jeune Patrick se retrouve avec les pros, jouant la bagatelle de 22 matchs de championnat. La saison d'après, il devient tout simplement titulaire et une pièce essentielle dans la défense du SCO.

Ses co-équipiers du SCO l'ont surnommé Papi mais ce n'est pas à cause de son grand âge... c'est tout simplement parce qu'il avait toujours dans son sac un best-seller de l'époque : Papi...llon.

samedi 17 janvier 2009

Casimir Hnatow

casimir hnatow


Casimir Hnatow a joué à Piennes (tout comme Antoine Pasquini et Wladislaw Kowalski), Metz et le Stade Français avant de rejoindre le SCO Angers en 1956. Il a joué 243 matchs de championnat (19 buts) et 28 (4 buts) de Coupe de France pour le club angevin. Après 7 saisons bien remplies au SCO, il s'est retrouvé à Niort en Division 3 pour la saison 1963-64.

Tout comme Stéphane Bruey, il faisait partie de l'équipe de France qui a terminé 3ème de la Coupe du Monde 1958. Tout comme l'avant-centre angevin, il n'a pas joué une seule minute pour les Bleus de Suède. A la différence de Bruey qui compte 4 sélections, Hnatow n'a jamais été international A.

Numéro 5 de l'équipe du SCO d'Angers au début des années 60, il rayonnait par son aisance balle au pied (on lui reprochait d'ailleurs souvent de trop garder la balle) et son sens de l'anticipation qui lui permettait souvent d'intercepter les passes de l'adversaire.

Stéphane Bruey

stéphane bruey


Stéphane Bruey est arrivé au SCO Angers en 1957 en provenance de l'AS Monaco, plus ou moins échangé avec Henri Biancheri. Il a quitté le SCO en tout début de saison 1964-65 pour l'Olympique Lyonnais. Bruey a joué 254 matchs de championnat (94 buts) et 20 de Coupe de France (9 buts).

On croit souvent que Marc Berdoll est le meilleur buteur du SCO. Eh bien non ! c'est à Stéphane Bruey que revient cet honneur avec ses 94 buts en championnat. Il faisait partie de l'équipe de France de la Coupe du Monde 1958 mais n'a pas joué un match. Ses godasses par contre ont joué, dans les pieds de Justo Fontaine (13 buts en 6 matchs).

C'était un grand amateur de chasse et de pêche, mais aussi un très bon skieur. Après sa carrière de joueur, il s'est retiré dans l'Ain, à Belley, où il a entraîné des équipes locales en plus d'être moniteur de sport dans les écoles.

samedi 10 janvier 2009

Milan Damjanovic

milan damjanovic


Milan Damjanovic a passé 6 saisons au SCO Angers, de 1971 à 1977. Sa première saison au SCO fut difficile car il dût s'arrêter pendant 6 mois pour soigner une hépatite virale. Durant sa dernière saison au SCO, 1976-77, il a surtout joué en réserve avant de partir pour Le Mans. Il a totalisé 156 matchs de championnat (2 buts) et 19 de Coupe de France sous les couleurs angevines. Milan est arrivé en 1971 en provenance du Partizan de Belgrade, le fameux club yougoslave qui a fourni d'autres grands joueurs au SCO comme Vlada Kovacevic, Miroslav Boskovic et l'entraîneur Velibor Vasovic.

Damjanovic faisait partie de l'équipe de Yougoslavie, finaliste contre l'Italie, de l'Euro 1968. Son expérience et sa rigueur ont complètement transformé la défense du SCO lors de la saison 1971-72 (3ème au nombre de buts encaissés). Cette défense de fer contribua grandement à la place de 4ème obtenue par le SCO en championnat, une 4ème place synonyme (d'un peu) de coupe UEFA pour la saison 72-73.

samedi 3 janvier 2009

Michel Cassan

michel cassan


Michel Cassan est arrivé au SCO d'Angers en 1971 en provenance d'Evreux. Il a passé 9 saisons au SCO de 1971 à 1980, comptabilisant 235 matchs de championnat (18 buts) et 33 de Coupe de France (6 buts).

Ce milieu de terrain à la hargne légendaire avait la réputation de dribbler plus que nécessaire. Peut-on le blamer pour cet excès d'individualisme ? La plupart du temps, non, car son excellente vision du jeu lui permettait de voir si un équipier était sur le point d'être marqué par un défenseur adverse rendant toute passe hasardeuse. Michel Cassan cite Jean-Marc Guillou comme modèle et lui aussi préférait garder le ballon dans ce genre de situations.

Michel Cassan se retrouve (enfin) capitaine du SCO quand Eric Edwige quitte le club en 1977. En 1980, Michel dit au revoir au SCO puisqu'il signe à Epinal en tant qu'entraîneur-joueur.

vendredi 2 janvier 2009

Wladislaw Kowalski

wladislaw kowalski


Neuf saisons au SCO Angers, de 1952 à 1961, pour Wladislaw Kowalski, dit Koko, la plupart en tant que capitaine. Il a joué 314 matchs de championnat (3 buts) et 30 de Coupe de France (4 buts) pour le club angevin.

Avant de venir à Angers, Kowalski a joué à Piennes en compagnie d'autres légendes du SCO : Antoine Pasquini, Casimir Hnatow et Guelso Zaetta. Quand l'Entente Sportive de Piennes évoluait en CFA, Koko eut l'honneur d'être sélectionné en équipe de France amateurs.

Koko était souvent redouté par les ailiers adverses à cause de sa carrure et musculature impressionantes. Il avait tout l'air d'un dur mais son jeu était juste et toujours fair-play. Hors des terrains, il était d'une gentillesse hors-norme. Deux de ses passions : la pêche à la ligne et... la deudeuche.

L'après SCO pour Kowalski, c'est Limoges, Grenoble puis Aurillac où il est entraîneur-joueur pendant 11 ans. A partir de 1974, il est entraîneur tout court à Bressuire.