dimanche 21 novembre 2010

Jean-Pierre Dogliani

jean-pierre dogliani


Jean-Pierre Dogliani commence sa carrière footballistique à l'Olympique de Marseille... en minime. Il gravit les échelons à l'OM jusqu'à intégrer l'équipe pro de Lucien Troupel à 19 ans.

En 1964, Jean-Pierre est transféré au SCO Angers pour 12 millions d'anciens francs. Il va rester au SCO six saisons et demi notamment sous la houlette de Lucien Leduc, un entraîneur qu'il apprécie beaucoup. Il est transféré au SC Bastia le jour du match Angers-Bastia (dernière rencontre des matchs aller). Il est à noter que Lucien Leduc quitte le SCO le même jour pour l'OM. Jean-Pierre reste une saison et demi à Bastia (1971-72) puis une saison à l'AS Monaco (1972-73). Ensuite, c'est le Paris Saint-Germain de Daniel Hechter qui l'accueille pour 3 ans (il y rejoint son beau-frère Jean Deloffre). C'est Justo Fontaine qui le fait venir au PSG, le même qui l'avait fait international quelques années auparavant quand il était à la tête de l'équipe de France (Jean-Pierre compte 1 sélection en équipe de France A : match amical France-Roumanie du 22 mars 1967).

Jean-Pierre Dogliani (10) formait avec Albert Poli (6) et Jean Deloffre (8) un milieu de terrain de rêve pour le SCO Angers de la belle époque, en particulier, la saison 1966-67 où le SCO finit 3ème parmi l'élite. Il a joué 170 matchs de championnat (54 buts) et 28 de Coupe de France (9 buts) pour le SCO Angers.

Il avait une réputation d'inconstance (probablement à cause de son physique) et cela l'embêtait fort, cette réputation, car il jouait bon an mal an 40 matchs par saison (matchs amicaux compris quand même), une honnête moyenne, comme il disait.

Merci à Victor Pironi et son excellent article "Les Trois Amours de Dogliani" dans Football Magazine circa 1973.

dimanche 14 novembre 2010

Zygmunt Chlosta

zygmunt chlosta


Zygmunt Chlosta a passé 8 saisons au SCO Angers, de 1961 à 1969, pour un total de 266 matchs de championnat (16 buts) et 37 de Coupe de France (1 but). Deux buts par saison, c'est quand même pas mal pour un arrière-central. Il avait un bon jeu de tête et une bonne frappe. Cela explique les buts sans doute. Il est l'un des nombreux joueurs talentueux originaires des bassins miniers (né en Lorraine à Giraumont en 1938) à avoir joué au SCO Angers.

Après le SCO, il fait une courte pige à l'AS Nancy-Lorraine (1969-70) en Division 2, deux saisons au Stade Rennais (1970-72), club avec lequel il remporte la Coupe de France en 1971, et enfin une saison à l'AS Monaco (1972-73) en Division 2.

C'est Jean Prouff qui le fait venir de Nancy à Rennes pour une modique somme, paraît-il. Il forme avec René Cédolin une charnière centrale de métier, bien rassurante pour le gardien rennais Marcel Aubour. Après deux saisons, les dirigeants rennais tergiversent à renouveler son contrat et il se retrouve en Principauté pour une dernière saison professionnelle.

Au SCO Angers de la grande époque (en particulier, la saison 1966-67), Chlosta, surnommé Zizi, jouait derrière son compère Jacques Mouilleron qui était plus un milieu défensif récupérateur qu'un arrière-central. Evidemment, cela pouvait poser problème contre un avant-centre de métier qu'il valait mieux marquer en individuel (le rôle du stoppeur).

samedi 23 octobre 2010

Roger Fiévet

roger fiévet


Roger Fiévet a porté les couleurs du SCO Angers de 1969 à 1974. Il a joué un match de championnat avec le SCO lors de la saison 1973-74 avant de partir pour Troyes. Pour ceux qui aiment les chiffres précis, Roger Fiévet a joué 118 matchs de championnat et 9 de Coupe de France pour le SCO Angers.

Quand Zygmunt Chlosta a quitté le SCO angers pour Rennes en 1969, il a fallu lui trouver un remplaçant, de classe si possible. Les dirigeants du SCO Angers se sont dirigés vers Chaumont (où Roger a joué de 1965 à 1969) pour dénicher la perle rare (et à bon prix, je pense car Chaumont évoluait en Divion 2).

Durant 4 saisons, il forme avec Jacques Mouilleron (tout comme son prédecesseur d'ailleurs) une excellente paire de défenseurs centraux, Jacques avec le numéro 4 et Roger avec le 5.

De nos jours, Roger Fiévet habite à Saint-Nazaire. Il est à noter que Roger Fiévet et Jean-Marc Guillou ont tous les deux joué au Stade Saint-Nazairien (pendant qu'on y est, Robert Devis aussi).

dimanche 17 octobre 2010

Claude Bourrigault

claude bourrigault


Claude Bourrigault est bien entendu le beau-frère de Raymond Kopa mais c'est aussi une légende du SCO Angers au même titre que notre Raymond national.

Claude Bourrigault, c'est surtout l'enfant du pays puisqu'il est né à Mazé (en 1932). Il intègre l'équipe première du SCO Angers lors de la saison 1954-55 (30 matchs de championnat, 1 de Coupe de France). Il est à noter que ses débuts avec le SCO eurent lieu en 1953-54 (1 match de championnat). Claude Bourrigault participe au plus haut fait (sans aucun doute) de l'histoire du SCO angers : la finale de la Coupe de France 1957 (il marque même un but mais ne peut empêcher la déroute du SCO face aux Toulousains de Pleimelding décidément bien trop forts ce jour-là).

Claude est transféré à Rennes en début de saison 1963-64 mais ne s'incruste pas. En effet, il revient au club de ses débuts dès la saison suivante pour une dernière (et courte) pige (3 matchs de championnat seulement). La saison 1964-65 marque aussi ses débuts à la tête de l'équipe réserve du SCO (il entraîne les amateurs du SCO jusqu'en 1968).

Claude Bourrigault a joué 284 matchs de championnat (25 buts) et 25 matchs de Coupe de France (4 buts) pour le SCO Angers.

samedi 16 octobre 2010

Jacques Mouilleron

jacques mouilleron


Jacques Mouilleron a commencé sa carrière de footballeur dans la bonne ville de La Rochelle, juste en face de l'Ile de Ré où il a vu le jour en 1940. Il passe pro au Limoges FC et y reste jusqu'en 1964. Et puis, c'est le SCO Angers et la première division. Il joue tout d'abord avant-centre en concurrence avec Etienne Sansonnetti et Serge Tulik. Au fil des saisons, il commence à reculer pour se retrouver milieu défensif de la grande équipe du SCO de la saison 1966-67, 3ème au classement final du championnat. Sur le plan personnel, Jacques finit 10ème au classement des étoiles de France Football cette saison-là. A la stupeur générale, le SCO Angers descend en 2ème division à l'échéance de la saison 1967-68. Pas de souci car 1968-69 restera dans les annales du football français : l'attaque du SCO dynamite les défenses de l'hexagone en inscrivant la bagatelle de 128 buts.

En mai 1971, Jacques se blesse (pas sur le terrain mais sur la route) et le SCO ne renouvelle pas son contrat. Il est engagé par le Red Star où il reste 2 saisons de 1971 à 1973.

La fin de carrière pro est en ligne de mire et Jacques songe fermement à devenir entraîneur (il commence d'ailleurs à passer ses diplômes alors qu'il est au Red Star). Une intéressante proposition émane du Stade Malherbe de Caen (descendu en CFA): on lui propose un an de contrat en tant que joueur avec la possibilité de passer coach la saison d'après. Il accepte et devient donc en 1974 le nouvel entraîneur-joueur du SM Caen. Jacques dirige le club normand jusqu'en 1979 et décide alors de laisser tomber ce métier ingrat d'entraîneur.

Retour à Limoges où il ouvre un magasin de sports et commence à goutter aux joies d'autres sports comme le tennis et le golf.

Ces temps-ci, Jacques fait du vélo, beaucoup de vélo : il a fait le tour de l'Europe du Sud pour fêter ses 70 printemps. Voir Mouilleron Vélo pour en avoir le coeur net !

Ah oui, Jacques est l'un des rares anciens joueurs pros à avoir un site web retraçant son parcours de footballeur : Mouilleron Foot.