samedi 3 octobre 2009

Christian Felci

Christian Felci


Christian Felci arrive au SCO Angers en début de saison 1973-74 alors qu'il n'a pas encore 18 ans. Après une saison avec l'equipe C du SCO, il est prêté aux Chamois Niortais la saison suivante et revient (triomphalement) au SCO en 1975-76. C'est l'ancien scoïste Stéphane Bruey qui l'avait remarqué à Belley et recommandé à Robert Lacoste, le directeur sportif du SCO toujours à la recherche de jeunes talents (pas trop chers).

Christian commence à faire des apparitions en équipe première lors de la saison 1976-77, en 1ère Division. Il devient titulaire la saison suivante, alors que le SCO (à son habitude) était redescendu en 2ème Division.

Il est obligé de quitter le SCO (comme bien d'autres) lors du dépôt de bilan en cours de saison 1981-82. Avec Jules Eustache, un autre joueur licencié, il se retrouve à Alès, le club de l'entraîneur-joueur Michel Cassan... en 3ème Division.

Il refait son apparition en 1ère Division avec Laval en 1982-83. Il joue en particulier un match de coupe d'Europe (coupe UEFA) contre l'Austria de Vienne lors de la saison 1983-84. Il continuera sa carrière de footballeur en Division 2 à Besançon, Cuiseaux-Louhans puis Le Puy.

Christian Felci a joué un total de 162 matches de championnat (2 buts) et 11 de Coupe de France pour le SCO d'Angers entre 1975 et 1982 (enfin, plutôt décembre 1981).

jeudi 28 mai 2009

Amar Rouaï

Amar Rouaï


Il est bien jeune Amar Rouaï (20 ans) quand il quitte son Algérie natale pour la métropole avec en tête le rêve de devenir, un jour, joueur professionnel de première division. Il exerce ses talents à Annemasse près de la frontière suisse puis signe avec Besançon alors en Division 2. Il ne tarde pas à taper dans les yeux des dirigeants angevins qui le font venir au SCO d'Angers en 1957-58. Le rêve s'est bel et bien réalisé pour Amar et il a tout pour être heureux, semble-t-il.

Le 13 avril 1958, après le match contre Monaco, il quitte tout (enfin presque) pour partir avec Mustapha Zitouni, son adversaire du jour, en direction de Tunis (via l'Italie) rejoindre le siège du FLN pour faire partie de la fameuse équipe de l'indépendance (les « diamants bruns » comme ils seront appelés par la suite).

La raison d'être de cette toute première équipe d'Algérie est de faire prendre conscience au monde entier (mais surtout au peuple français) de la réalité de la guerre d'indépendance que l'Algérie livre à la France. Amar fait partie des 10 premiers joueurs professionnels à faire partie de l'équipe (elle se renforcera plus tard avec en particulier deux autres scoïstes : Ali Benfadah et Dahmane Defnoun).

S'ensuit une série de tournées dans des pays sympathisants à la cause algérienne, en particulier, en Europe de l'Est, au Proche-Orient et en Extrême-Orient. En 1962, quand l'Algérie devient indépendante, l'équipe du FLN se vaporise et chaque joueur suit sa propre destinée sans jamais perdre de vue les copains. Pour Amar, c'est le retour à Angers pour la saison 1962-63 mais le joueur qui avait tant enthousiasmé le stade Jean-Bouin n'a plus la même envie de jouer (surtout qu'il souffre encore des séquelles de la dysenterie contractée lors de la tournée au Vietnam). Il rachète donc son contrat (pour une fort coquette somme) et rejoint Siddi Bel-Abbès en tant qu'entraîneur-joueur dans un premier temps puis entraîneur. Amar aura une carrière d'entraîneur bien remplie pusqu'il dirigera aussi le Mouloudia d'Oran, la JSK (Jeunesse Sportive de Kabylie) ainsi qu'un club lybien, l'Africa Derna.

Quand Rachid Mekloufi, son copain de Sétif et ancien meneur de jeu stéphanois, prend en main l'équipe militaire d'Algérie (une sorte d'équipe espoirs), il demande à quelques uns de ses compagnons de Tunis de l'aider dans sa tâche. Amar Rouaï devient donc adjoint de Mekloufi et superviseur de talents, un poste qu'il gardera jusqu'à ce que Mekloufi démissionne.

Finalement, Amar n'aura pas beaucoup joué pour le SCO (42 matchs de championnat et 3 de Coupe) - il faut dire qu'il a passé 4 ans à jouer les ambassadeurs globe-trotters - mais sa participation dans cette équipe historique le place au rang de légende, tout comme ses copains de Tunis : Arribi, Boubekeur, Zitouni, Bekhloufi, Kermali, Mekloufi, Brahimi, Ben Tifour et Bouchouk.

Merci à Michel Nait-Challal et son livre, les dribbleurs de l'indépendance, pour m'avoir largement inspiré dans l'écriture de cet article.

dimanche 29 mars 2009

Raymond Kopa

Raymond Kopa


Raymond Kopa n'est resté que deux saisons au SCO Angers. De 1949 à 1951, il a joué 60 matchs de championnat (15 buts) et 1 de Coupe de France. Sous la direction de Camille Cottin, le natif de Nœux-les-Mines s'épanouit rapidement au sein de l'équipe angevine dite « biberon », alors en Division II. Ses faits d'armes attirent l'attention du grand Stade de Reims d'Albert Batteux qui le fait venir en Champagne pour la saison 1951-52.

Raymond a bien sûr brillé en club, que ce soit au SCO, à Reims ou au Real Madrid (trois coupes d'Europe). En équipe de France, ses exploits restent gravés dans bien des mémoires, en particulier, l'épopée suèdoise de 1958. Mais il ne faut surtout pas oublier que Raymond Kopa a beaucoup lutté pour améliorer la condition du footballeur en France. Il fut instrumental dans l'abandon du fameux contrat à vie, remplacé par le contrat à temps à la fin des années 60.

Raymond a longtems joué en compagnie de son beau-frère Claude Bourrigault avec les séniors de Notre-Dame des Champs, une équipe qui semait la terreur sur les terrains de football d'Anjou. Ces temps-ci, il ne joue plus régulièrement mais on le voit de temps en temps au stade Jean Bouin soutenir son ancien club.

samedi 28 février 2009

Robert Devis

Robert Devis


Robert Devis a commencé sa carrière de footballeur à l'A.S. Mayennaise puis au Stade Saint-Nazairien (comme Jean-Marc Guillou) en Division d'Honneur. Après un essai infructueux avec les pros de Valenciennes, Robert Devis s'installe à Angers en 1957 pour y devenir la doublure d'Eugène Fragassi.

En fin de saison 1958-59, il joue contre Nice au Stade du Ray l'avant-dernier match de la saison et réalise une grande performance. Robert Devis devient donc titulaire presque du jour au lendemain.

Robert Devis a joué un total de 167 matchs de championnat et 20 de Coupe de France pour Angers. Il quitte le SCO en 1964, direction Toulouse. Après la cité rose, c'est la Bretagne avec Quimper puis Brest.

Un jour, en Coupe de l'Ouest (quart de finale), avec l'équipe B du SCO, il est arrivé au stade du Mans escorté par des policiers, a joué son match et est reparti tranquillement dans la fourgonette avec ses anges gardiens. Le SCO B avait perdu 2-1 ce jour-là. Merci à Patrick pour cette anecdote rigolote.

Robert Devis a longtemps joué avec les vétérans de Notre-Dame des Champs avec Kopa et Bourrigault, en particulier. Pas en tant que gardien mais plutôt au poste d'avant-centre.

samedi 21 février 2009

Michel Stiévenard

Michel Stiévenard


Michel Stiévenard est né à Waziers dans le Nord en 1937. Il a commencé sa carrière footballistique au RC Lens, de 1954 à 1961, avec Jean Deloffre et Michel Margottin (futurs scoïstes), entre autres.

En 1961, il rejoint les rangs du SCO d'Angers où il joue 272 matchs de championnat (65 buts) et 35 de Coupe de France (6 buts). Il quitte le SCO en 1969 pour Ancenis.

Michel a joué inter à Lens, puis ailier gauche au SCO. En fin de carrière pro, il s'était plus ou moins reconverti en arrière.

Michel compte 2 sélections en équipe de France, toutes deux acquises lors de l'Euro 1960 (qui s'est déroulé en France).

De nos jours, Michel habite pas loin d'Angers.

dimanche 15 février 2009

René Gallina

rené gallina


Celui que l'on surnomme le Roi René en Anjou a joué 236 matchs de championnat et 30 de Coupe de France pour le SCO d'Angers entre 1965 et 1973. En fin de saison 1968-69, alors que le SCO survole son groupe de championnat de Division II, il joue un match (contre Cannes) dans le champ en tant qu'avant-centre et marque un but. Il estime essentiel qu'un gardien ait un jour ou l'autre joué hors de ses cages au milieu de ses équipiers.

René a été international junior, militaire et espoir, mais n'a jamais été sélectionné en équipe de France A, probablement un de ses plus grands regrets. Il a quand même été deux fois demi-finaliste de la Coupe de France avec Angers (en 1966 contre Nantes et en 1969 contre Marseille).

Formé à la grande école des gardiens du Cavigal de Nice, il signe son premier contrat (de stagiaire pro) au Stade Français et devient la doublure du grand Georges Carnus. Après le SCO, Gallina a joué au Paris F.C., Bordeaux et enfin Avignon.

samedi 14 février 2009

Alphonse Le Gall

alphonse legall


En provenance de l'Olympique de Marseille, Alphonse fait une entrée fracassante au SCO Angers en cours de saison 1955-56. En effet, il marque 17 buts en 19 matchs de championnat (4 en 4 matchs de Coupe). Pas mal pour un ailier.

Alphonse Le Gall a joué 200 matchs de championnat (37 buts) et 27 de Coupe de France (12 buts) pour le SCO entre 1955 et 1964. Il est à noter que Le Gall a été prêté à Bordeaux en 1958-59.

Après sa carrière de footballeur, Alphonse est devenu kiné, métier qu'il a pratiqué de longues années à Angers.

samedi 7 février 2009

René Dereuddre

rené dereuddre


René Dereuddre commence sa carrière professionnelle en 1950 au C.O. Roubaix-Tourcoing. En 1953, il quitte le Nord pour Toulouse, club avec lequel il gagne la Coupe de France 1957 (victoire 6-3 contre le SCO, justement), son meilleur souvenir en tant que joueur pro.

René arrive au SCO en 1958 après un bref interlude au R.C. Lens. Il joue 47 matches de championnat (10 buts) et 3 de Coupe de France pour le SCO Angers avant de rejoindre le voisin nantais au début de la saison 1959-60.

Après Nantes, il rejoint Grenoble puis Le Mans où il est tout d'abord entraîneur-joueur puis entraîneur.

Inter de grand talent, Dereuddre comptabilise 6 sélections en équipe de France entre 1954 et 1957. Il a joué 2 matches de Coupe du Monde en Suisse (1954).

C'était aussi un garçon d'une grande gentillesse, apprécié partout où il est passé.

Jean Tison

jean tison


Jean Tison commence sa carrière de footballeur au C.O. Roubaix-Tourcoing, l'illustre club du Nord. En 1953, il rejoint le SCO d'Angers qu'il quittera en 1957 pour Troyes. Durant son séjour en Anjou, il joue 116 matchs de championnat (28 buts) et 14 de Coupe de France (5 buts).

C'était un avant-centre de grand talent, pas très grand mais toujours bien placé. Après le football, il s'était installé à Lille, ville de son dernier club pro.

Il nous a quitté bien trop tôt, en 1969, alors qu'il avait juste 36 ans.

dimanche 25 janvier 2009

Jean Deloffre

jean deloffre


Jean Deloffre arrive au SCO Angers en 1965, reste 4 saisons, totalisant 148 matchs de championnat (52 buts) et 23 de Coupe de France (13 buts) puis s'en va à l'OGC Nice en 1969.

A son arrivée au SCO, il retrouve ses anciens co-équipiers du RC Lens : Michel Margottin et Michel Stiévenard. En Anjou, il habite avec deux autres célibataires de l'époque, Michel Margottin et Jean-Pierre Dogliani, sur la route de Cholet pas loin d'Angers.

Après des passages à Angoulême, Avignon et Paris Saint-Germain, il devient entraîneur-joueur du FC Grenoble en 1975. Il compte une unique sélection en équipe de France A, un match amical contre l'URSS en 1967.

samedi 24 janvier 2009

Patrick Brulez

patrick brulez


Patrick Brulez joue ses premiers matchs avec les pros du SCO Angers en 1972. Il reste 8 saisons au SCO, jusqu'en 1980, année de son départ vers d'autres cieux, le FC Tours. Patrick a joué un total de 257 matchs de championnat (4 buts) et 34 de Coupe de France (1 but) pour le grand club angevin.

Juste apès avoir signé avec le SCO une licence amateurs, le Choletais fait son service militaire au Bataillon de Joinville en compagnie d'un autre grand scoïste, un certain Marc Berdoll. Durant son séjour sous les couleurs, il a l'honneur d'être sélectionné en équipe de France militaire.

Lors de la saison 1972-73, Roger Fiévet est blessé et le jeune Patrick se retrouve avec les pros, jouant la bagatelle de 22 matchs de championnat. La saison d'après, il devient tout simplement titulaire et une pièce essentielle dans la défense du SCO.

Ses co-équipiers du SCO l'ont surnommé Papi mais ce n'est pas à cause de son grand âge... c'est tout simplement parce qu'il avait toujours dans son sac un best-seller de l'époque : Papi...llon.

samedi 17 janvier 2009

Casimir Hnatow

casimir hnatow


Casimir Hnatow a joué à Piennes (tout comme Antoine Pasquini et Wladislaw Kowalski), Metz et le Stade Français avant de rejoindre le SCO Angers en 1956. Il a joué 243 matchs de championnat (19 buts) et 28 (4 buts) de Coupe de France pour le club angevin. Après 7 saisons bien remplies au SCO, il s'est retrouvé à Niort en Division 3 pour la saison 1963-64.

Tout comme Stéphane Bruey, il faisait partie de l'équipe de France qui a terminé 3ème de la Coupe du Monde 1958. Tout comme l'avant-centre angevin, il n'a pas joué une seule minute pour les Bleus de Suède. A la différence de Bruey qui compte 4 sélections, Hnatow n'a jamais été international A.

Numéro 5 de l'équipe du SCO d'Angers au début des années 60, il rayonnait par son aisance balle au pied (on lui reprochait d'ailleurs souvent de trop garder la balle) et son sens de l'anticipation qui lui permettait souvent d'intercepter les passes de l'adversaire.

Stéphane Bruey

stéphane bruey


Stéphane Bruey est arrivé au SCO Angers en 1957 en provenance de l'AS Monaco, plus ou moins échangé avec Henri Biancheri. Il a quitté le SCO en tout début de saison 1964-65 pour l'Olympique Lyonnais. Bruey a joué 254 matchs de championnat (94 buts) et 20 de Coupe de France (9 buts).

On croit souvent que Marc Berdoll est le meilleur buteur du SCO. Eh bien non ! c'est à Stéphane Bruey que revient cet honneur avec ses 94 buts en championnat. Il faisait partie de l'équipe de France de la Coupe du Monde 1958 mais n'a pas joué un match. Ses godasses par contre ont joué, dans les pieds de Justo Fontaine (13 buts en 6 matchs).

C'était un grand amateur de chasse et de pêche, mais aussi un très bon skieur. Après sa carrière de joueur, il s'est retiré dans l'Ain, à Belley, où il a entraîné des équipes locales en plus d'être moniteur de sport dans les écoles.

samedi 10 janvier 2009

Milan Damjanovic

milan damjanovic


Milan Damjanovic a passé 6 saisons au SCO Angers, de 1971 à 1977. Sa première saison au SCO fut difficile car il dût s'arrêter pendant 6 mois pour soigner une hépatite virale. Durant sa dernière saison au SCO, 1976-77, il a surtout joué en réserve avant de partir pour Le Mans. Il a totalisé 156 matchs de championnat (2 buts) et 19 de Coupe de France sous les couleurs angevines. Milan est arrivé en 1971 en provenance du Partizan de Belgrade, le fameux club yougoslave qui a fourni d'autres grands joueurs au SCO comme Vlada Kovacevic, Miroslav Boskovic et l'entraîneur Velibor Vasovic.

Damjanovic faisait partie de l'équipe de Yougoslavie, finaliste contre l'Italie, de l'Euro 1968. Son expérience et sa rigueur ont complètement transformé la défense du SCO lors de la saison 1971-72 (3ème au nombre de buts encaissés). Cette défense de fer contribua grandement à la place de 4ème obtenue par le SCO en championnat, une 4ème place synonyme (d'un peu) de coupe UEFA pour la saison 72-73.

samedi 3 janvier 2009

Michel Cassan

michel cassan


Michel Cassan est arrivé au SCO d'Angers en 1971 en provenance d'Evreux. Il a passé 9 saisons au SCO de 1971 à 1980, comptabilisant 235 matchs de championnat (18 buts) et 33 de Coupe de France (6 buts).

Ce milieu de terrain à la hargne légendaire avait la réputation de dribbler plus que nécessaire. Peut-on le blamer pour cet excès d'individualisme ? La plupart du temps, non, car son excellente vision du jeu lui permettait de voir si un équipier était sur le point d'être marqué par un défenseur adverse rendant toute passe hasardeuse. Michel Cassan cite Jean-Marc Guillou comme modèle et lui aussi préférait garder le ballon dans ce genre de situations.

Michel Cassan se retrouve (enfin) capitaine du SCO quand Eric Edwige quitte le club en 1977. En 1980, Michel dit au revoir au SCO puisqu'il signe à Epinal en tant qu'entraîneur-joueur.

vendredi 2 janvier 2009

Wladislaw Kowalski

wladislaw kowalski


Neuf saisons au SCO Angers, de 1952 à 1961, pour Wladislaw Kowalski, dit Koko, la plupart en tant que capitaine. Il a joué 314 matchs de championnat (3 buts) et 30 de Coupe de France (4 buts) pour le club angevin.

Avant de venir à Angers, Kowalski a joué à Piennes en compagnie d'autres légendes du SCO : Antoine Pasquini, Casimir Hnatow et Guelso Zaetta. Quand l'Entente Sportive de Piennes évoluait en CFA, Koko eut l'honneur d'être sélectionné en équipe de France amateurs.

Koko était souvent redouté par les ailiers adverses à cause de sa carrure et musculature impressionantes. Il avait tout l'air d'un dur mais son jeu était juste et toujours fair-play. Hors des terrains, il était d'une gentillesse hors-norme. Deux de ses passions : la pêche à la ligne et... la deudeuche.

L'après SCO pour Kowalski, c'est Limoges, Grenoble puis Aurillac où il est entraîneur-joueur pendant 11 ans. A partir de 1974, il est entraîneur tout court à Bressuire.